Le baiser sur la bouche: entre nature et culture

Le baiser sur la bouche: entre nature et culture

Le coronavirus finira-t-il par changer notre rapport à l’autre ? Combien de fois vous êtes vous approché de quelqu’un avant de reculer en vous disant : « Ah, c’est vrai ! Il y a le corona. » Les épidémies d’ampleur se répéteront au XXIème siècle. Alors, il faudra prendre un certain risque pour faire un baiser sur la bouche à la personne de votre cœur.

Le baiser sur la bouche nous semble inné car on n’imagine pas de quelle autre façon nous entrerions en contact avec celle ou celui de notre choix. Il y en a pourtant bien d’autres façons et finalement, l’origine du baiser est plus subtile qu’il n’y paraît. Le baiser sur la bouche s’est libéré des tabous en Occident il y a très peu de temps. Tout de même, on peut se demander pourquoi les meilleures émotions atterrissent irrémédiablement sur les lèvres?

Instinctif ou sensoriel, le baiser relève de la nécessité animale

Au-delà d’une éventuelle explication « instinctive », le baiser sur la bouche relève d’une nécessité et d’un plaisir sensoriel.  
Source: animal27.skyrock.com
Au-delà d’une éventuelle explication « instinctive », le baiser sur la bouche relève d’une nécessité et d’un plaisir sensoriel.
Source: animal27.skyrock.com

Charles Darwin et Jonathan Swift étaient persuadés que le baiser est inné chez l’homme. Ils pensaient que ce geste était ancré dans nos gènes. En observant le baiser chez les animaux, comme les singes, cette déduction n’est pas farfelue. Les bonobos sont d’ailleurs les rois en la matière et peuvent passer près d’un quart d’heure à se bécoter. Souvent avec la langue. Sous l’eau, les gouramis embrasseurs le font à pleine bouche avec leur belle. Les pingouins comme les oiseaux s’embrassent de leur bec et même certains insectes comme les limaçons se caressent de leurs antennes.

Anthropologues comme philamatologues (spécialistes du baiser) n’émettent pas encore de conclusion quant à l’origine du baiser. Au-delà d’une éventuelle explication « instinctive », le baiser amoureux relève d’une nécessité et d’un plaisir sensoriel. Voyez les bébés comme ils ressentent toujours le besoin de porter tout objet à leur bouche! Un mimétisme avec leur habitude de tété le sein de leur mère. Un moment de plaisir qu’il veulent reproduire. Les besoins de première nécessité passent aussi par la bouche. Ainsi, les mères de nombreuses cultures humaines mâchaient la nourriture pour ensuite l’introduire dans la bouche de leur progéniture.

 Les dents ou le bec servent souvent aux mâles à maintenir fermement la femelle pendant l’acte. 
Source: aquaportail.com
Les dents ou le bec servent souvent aux mâles à maintenir fermement la femelle pendant l’acte.
Source: aquaportail.com

Certains spécialistes remontent à l’âge de pierre l’apparition du baiser affectif en expliquant que l’on se léchait le visage pour y trouver son apport nécessaire en sel. Certains avancent aussi l’idée que se lécher le visage soulagerait des irritations provoquées par les parasites.

Le baiser peut aussi être facilement rapproché de la morsure. En allemand, le baiser – « Kusse » – rime avec la morsure – « kisse ».  Une similitude qui reflète le fait que les dents ou le bec servent souvent aux mâles à maintenir fermement la femelle pendant l’acte. Ainsi, entre baiser et morsure, il n’y a qu’un croc !

Le baiser sur la bouche ou la reconnaissance sociale de rang et de fraternité

Les premières mentions du baiser amoureux entre humains datent de 1500 ans avant JC. Dans les textes védiques issus du peuple arya (originaire de l’actuelle Ukraine et du sud de la Russie), il est mention de sorte de baisers où l’on se renifle la bouche pour inhaler l’âme de l’autre. En Egypte, des fresques plus anciennes montrent des couples qui approchent leurs lèvres sans se les toucher.

 Il semblerait que l'histoire du baiser sur la bouche s'étende à la Grèce grâce aux Perses.  
Source: racontemoilhistoire.com
Il semblerait que l’histoire du baiser sur la bouche s’étende à la Grèce grâce aux Perses.
Source: racontemoilhistoire.com

Il semblerait que l’histoire du baiser sur la bouche s’étende à la Grèce grâce aux Perses. Une corrélation peut être faite dans la mesure où les Aryens qui ont apporté cette coutume en Inde étaient venus de Perse. Ce serait Alexandre le Grand qui l’aurait importé lors de ses conquêtes. Le célèbre grec Hérodoe raconte dans ses récits nommés « Histoires » qu’il a vu des Perses s’embrasser bouche contre bouche lorsqu’ils étaient du même rang social. Les classes inférieures doivent embrasser leurs supérieurs sur les pieds.

Dans la Bible, le Cantiques des cantiques est vraiment… très érotiques ! Lisez plutôt : « Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour vaut mieux que le vin, Tes parfums ont une odeur suave (..) ». Les premières phrases de ce texte du IIIème siècle évoquent des « baisers sur la bouche ». Une image forte, voire obscène pour l’Eglise qui l’évoqua peu.

Le baiser sur la bouche était une preuve d’une amitié à caractère sacré, comme l’était celle qui unissait deux chevaliers, ou un vassal et son seigneur.
Source: culture-et-debats.over-blog.com
Le baiser sur la bouche unissait deux chevaliers.

Au Moyen-âge, le baiser sur la bouche pouvait être politique lorsqu’il s’agissait de sceller un pacte. Il était également une preuve d’amitié à caractère sacré, comme celle qui unissait deux chevaliers, ou un vassal et son seigneur. Les baisers fougueux et les embrassades charnelles entre deux chevaliers souvent décrites dans les chansons de gestes du Moyen-âge allaient parfois plus loin dans la chambre commune où ils dormaient.

Choisissez un partenaire de confiance car le baiser sur la bouche est infectieux !

Vu le nombre de bactéries que l’on échange en se bécotant, il faut vraiment avoir envie de s’embrasser pour chopper les microbes de l’autre ! Oui, lors d’un baiser sur la bouche de 10 secondes, nous échangeons 80 millions de bactéries avec notre partenaire. N’ayez pas peur de ce chiffre, il est le signe d’un renforcement du système immunitaire. En effet, en recevant tant de bactéries, votre système immunitaire travaille en fabriquant des anticorps spéciaux pour lutter contre ces intrus. Il duplique ainsi sa large gamme de protection. Et puis, le baiser c’est sportif ! En le donnant, vous stimulez une bonne trentaine de muscles faciaux.

Lors d’un baiser sur la bouche de 10 secondes, nous échangeons 80 millions de bactéries avec notre partenaire. 
Source: interiale.fr
Lors d’un baiser sur la bouche de 10 secondes, nous échangeons 80 millions de bactéries avec notre partenaire.
Source: interiale.fr

Le baiser renforce donc l’immunité. Un effet vital pour la femme enceinte. Et pour cause : un virus est particulièrement dangereux pour son fœtus. C’est le cytomégalovirus ou CMV. Les premiers baisers lors d’une relation auraient pour but d’infecter les femmes pour les immuniser. La femme doit embrasser son conjoint pendant six mois pour se protéger au maximum. De ce fait, le bébé n’aura pas de risque d’attraper le virus de sa mère à travers le placenta. Pour que cette « contamination buccale » soit efficace, il faut être fidèle disent les scientifiques. Embrasser une autre personne contamine à nouveau avec une autre souche de CMV. A moins d’embrasser l’amant six mois durant.

Décidément, dame nature est bien faite ! Les scientifiques ont découvert que le baiser permet aux femmes de choisir l’homme le plus fort pour garantir une bonne santé à leur futur bébé. En fait, elles sont capables de repérer des codes ou CMH qui définissent la qualité du système du partenaire et, par là même, les chances de survie de l’enfant. Plus le CMH est différent, plus l’enfant sera fort.

Un geste sexuel cinématographique et fantasmé

Cette tradition prend fin lors du Concile de Carthage, sauf pour les clercs. 
Source: histoiretrespersonnelle.fr
Cette tradition prend fin lors du Concile de Carthage, sauf pour les clercs.
Source: histoiretrespersonnelle.fr

Chez les Chrétien, le baiser sur la bouche ou « baiser de paix » était encouragé par Saint Paul dans ses lettres qui composent la Bible. Cette tradition prend fin lors du Concile de Carthage de 397, sauf pour les clercs. Le Moyen-âge et ses épidémies ont éloignés les corps et rendu le baiser sur la bouche peu hygiénique. Mais, dès les années 1620, le libertinage – ou l’affranchissement du dogme – se pratique par les jeunes de la cour royale. L’esprit des Lumière qui s’oppose à l’oppression religieuse n’est pas étranger à cela.

Les changements de pratiques font bien souvent évoluer le sens des mots. C’est pourquoi, au siècle du libertinage le mot « baiser » a glissé vers un sens charnel. « Embrasser », quant à lui, a fini par désigner ce que le mot « baiser » ne signifiait plus. Aujourd’hui, il faut faire attention en parlant !

C’est en 1896 que le baiser sur la bouche de « The Kiss », de William Heise, fit scandale aux Etats-Unis. 
Source: caminteresse.fr
C’est en 1896 que le baiser sur la bouche de « The Kiss », de William Heise, fit scandale aux Etats-Unis.
Source: caminteresse.fr

Le baiser moderne ne serait-il pas le premier baiser filmé ? C’est en 1896 que « The Kiss », de William Heise, fit scandale aux Etats-Unis. On lança même une campagne nationale pour interdire le baiser sur la bouche. Finalement, il s’est peu à peu répandu. Il était gauche et peu alléchant au début du XXème siècle. Hollywood l’a stylisé à partir des années 30. Homme fougueux, femme dévouée et tête renversée. Vin ensuite le baiser au pied levé. Une invention hollywoodienne pour se moquer du code Hay, code de censure au cinéma.

Le roulage de galoche, lui, est apparu dans les années 70 au cinéma grand public. Peu à peu, la femme se fait moins soumise. Depuis quelques années, allez savoir pourquoi, on s’embrasse souvent sous la pluie au cinéma. Sûrement une façon de dire « je me fou de mon allure ». Une façon de libérer le baiser, en somme.

CandiceM

Related Posts

L’aide publique au développement que nous apportons à l’Afrique ne favorise pas son ascension économique 0 commentaire

L’aide publique au développement que nous apportons à l’Afrique ne favorise pas son ascension économique

Le monothéisme ou la matrice du rationalisme capitaliste 0 commentaire

Le monothéisme ou la matrice du rationalisme capitaliste

Émeutes au Chili : la « stratégie du choc » pour engranger des bénéfices 0 commentaire

Émeutes au Chili : la « stratégie du choc » pour engranger des bénéfices

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *